lundi 18 février 2013

Mon travail ...

Voici une journée type pour moi :

Vers 8h30, mon amoureux part au travail et vient me faire un petit câlin pour me dire au revoir. Je me rendors, jusqu'à ce que mon réveil sonne, entre 9h et 9h45 selon les jours et mon état de fatigue du moment. 

Jusqu'à 11h, je me prépare, je me douche, je me coiffe, je me maquille légèrement, je m'habille, tout ça tout ça, je fais un petit tour sur le net en buvant parfois un thé. A 11h je prends mon tram pour aller à l'école, où je travaille en tant qu'animatrice périscolaire. J'arrive à 11h15-20.

A 11h30, la cloche sonne, je vais devant une classe avec la feuille d'appel des enfants qui mangent à la cantine, mes collègues font de même avec les autres classes. La maîtresse me fait entrer, j'appelle les enfants, ils sortent dans le couloir prendre leurs vestes, ils se mettent en rang, je les compte, et nous descendons. Si ce sont des CP-CE1, on mange tout de suite et ils jouent dans la cour ou sous le préau ensuite, si ce sont des CE2-CM1-CM2 ils jouent d'abord et mangent ensuite. Nous mangeons avec eux à table, nous apportons les plats au fur et à mesure, nous discutons avec eux, et faisons régner un minimum d'ordre. Eux ont chacun une petite mission : s'occuper du pain et de l'eau, débarrasser les assiettes, les verres, passer l'éponge, etc.


A 13h20, les maîtresses prennent le relai et nous rentrons chez nous. Le temps de prendre le tram, je suis chez moi vers 13h45. Je vaque à mes occupations, la maison, parfois des courses, la télé, Facebook, mes blogs, mon auto-entreprise ... et à 16h, je repars pour les activités du soir ! J'arrive à l'école à 16h30, la plupart du temps je suis en charge de l'activité théâtre avec une dizaine d'enfants, de 16h45 à 17h30. Entre 17h30 et 18h, les parents viennent les chercher, nous cochons sur la feuille quand les enfants partent, puis à 18h nous partons, et je suis chez moi vers 18h30 ! Voilà ma journée type ! Le mercredi, je ne travaille pas. Les vacances scolaires non plus, à part 4-5 semaines en été dans un centre de loisirs, parce que c'est méga long sinon (je l'ai déjà fais ... je suis limite tombée en dépression).

A la base, je voulais être institutrice. J'ai passé un bac littéraire (j'avais pas tellement le choix, j'étais nulle en sciences !) en 2003, et au moment de m'inscrire en fac j'ai choisi une filière un peu au pif (il me fallait une licence pour passer le concours de professeur des écoles, n'importe laquelle). En fait, mes critères pour choisir ma filière universitaire, c'était surtout qu'il y ai le moins d'heures possibles ... 

*Grosse flemmasse en force !*


Je me suis donc inscrite en Sciences du langage. Bon, ça me plaisait, hein ! Je n'ai pas choisi A TOUT PRIX la filière avec le moins d'heures de cours, disons simplement que ça a été le facteur qui a fait pencher la balance (j'hésitais avec Lettres Modernes) ! Et puis les profs étaient vraiment cool. J'ai souvent eu l'impression que c'était une filière un peu à part. Au bout de 3 ans donc, sans redoublement mais en me laissant carrément porter, j'ai obtenu ma licence. Je pouvais donc m'inscrire au concours de professeur des écoles ! Mais avant ça, j'ai tenté une inscription à l'IUFM (institut de formation des maîtres). Mais je risquais d'être prise soit sur Grenoble, soit sur Chambéry, soit je sais plus où encore. Et je n'avais pas envie d'être loin de mon copain de l'époque ... "Loin", tout est relatif hein !!! mais à l'époque, c'était ma principale motivation : être avec mon amoureux. Du coup, je me souviens plus trop. Est-ce que j'ai quand même fais le dossier, mais que je n'ai pas été prise ? ou est-ce que j'ai carrément fait croire à mes parents que j'avais fais le dossier ? Je ne sais même plus ! En tout cas, je me suis inscrite au CNED, pour préparer le concours par correspondance. Je l'ai passé une première fois, en 2006. Raté. Puis en 2007. Un échec également. Cuisant. Il faut dire que je ne bossais pas de façon intensive, je le reconnais ... J'avais beaucoup de mal à faire de ce concours ma priorité. Pourtant, j'avais envie de faire ce métier, mais je n'avais pas envie d'y laisser ma vie sociale et amoureuse. Je bossais un petit peu, juste histoire de rassurer mes parents, mais bien évidemment ça n'a pas suffit. 

Suite à ça, j'ai continué la fac en Master ... mais ça m'ennuyait profondément, j'ai arrêté à Noël. Je me suis inscrite au pôle emploi ... pendant les vacances scolaires, j'ai bossé dans un centre de loisirs (j'ai passé mon BAFA). Et à la rentrée 2008, j'ai répondu à une annonce sur le site de l'ANPE (oui c'était encore l'ANPE à l'époque) pour un boulot d'animatrice périscolaire. Au début, je ne faisais que la cantine le midi, et j'ai trouvé ensuite un job de baby-sitter, j'allais chercher des enfants à l'école, je leur faisais faire leurs devoirs, etc, en attendant que leur maman rentre du travail. J'ai fais ça un an. Puis j'ai aussi bossé à l'école à 16h30. Cet automne, j'ai également crée mon auto-entreprise, dont je vous parlerais peut-être un jour, mais au final, je ne bosse que 14h par semaine. Avec, évidemment, le salaire qui va avec ! autant dire des clopinettes. On s'en sort car on est deux, mon chéri gagne normalement sa vie, on vit assez confortablement, mais on ne peut rien mettre de côté ! Donc on ne peut pas vraiment faire de projets ... Moi j'aimerais beaucoup qu'on se marie, mais on n'a rien pour payer un éventuel mariage ! ça coûte bonbon ces choses-là ! Pareil pour un enfant, c'est compliqué, ce serait possible bien sûr, et quand je suis née mes parents me faisaient dormir dans un couffin posé sur une commode, tellement leur studio était petit ! Mais bon, ça n'a pas duré longtemps. Et par la suite, nous n'avons manqué de rien, mes frères et moi. Bref ... Pour réaliser des projets, et simplement pour soulager mon chéri, il faudrait que ma situation professionnelle évolue. Trouver un job avec + d'heures. Ou développer mon activité d'auto-entrepreneuse. Dans tous les cas : faire rentrer plus d'argent. 

C'est aussi un de mes objectifs pour 2013. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire